Eric Boulanger

Eric BOULANGER

36 ans – Myope et astigmate, opéré en juillet 2007

« Me libérer de mes inesthétiques lunettes ! »

Pourquoi avoir opté pour un traitement au laser ?

Eric BOULANGER : En premier lieu, je ne voulais plus porter de lunettes pour diverses raisons, notamment esthétiques, mais aussi pour la gêne que cela peut occasionner dans les activités quotidiennes et sportives. Je me dois de préciser que je ne supporte pas les lentilles, alors l’opération laser était pour moi ce qui se faisait de mieux. La solution pour retrouver enfin ma liberté de voir.

Comment s’est passée l’intervention ?

Eric BOULANGER : L’intervention en elle-même a duré moins d’une dizaine de minutes, le professionnalisme du chirurgien et la clarté des réponses à mes questions m’ont mis immédiatement à l’aise. L’équipe a été à l’écoute, et a su me mettre en totale confiance. Je n’ai ressenti aucune douleur pendant l’opération, simplement une gène pendant les 24 heures qui ont suivi.

Les changements ont-ils été vraiment si probants ?

Eric BOULANGER : Étant donné que ma vue était mauvaise (4/10 à un œil et 6/10 à l’autre sans correction), j’ai eu la surprise de constater que tout à coup en l’espace d’un mois, le temps que ma vision se stabilise, j’ai pu retrouver une vue de 12/10. Il est clair que j’ai découvert une vraie qualité de vie visuelle et cela a changé mon quotidien, même sur des détails anodins comme reconnaître les gens de l’autre coté du trottoir, regarder un film sans lunettes, passer une journée de travail sur l’ordinateur sans avoir de maux de tête, ou au volant de ma voiture etc.
Un détail plus qu’appréciable également : l’esthétique ! Même si parfois les lunettes peuvent être valorisantes, il n’en reste pas moins que je me trouve plus à mon avantage sans !

Recommanderiez-vous cette opération à vos proches ?

Eric BOULANGER : Bien évidemment, j’en ai pour preuve mon frère (opéré pendant l’été 2008), ainsi que mon cousin et ma cousine (opérés en octobre 2008) qui ont subi la même opération, et sont très heureux aujourd’hui de l’avoir entreprise, tout autant que je puisse l’être moi-même !